Cordial 2012 : Une génération d’avance !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Cordial 2012

Cordial 2012

Il fut un temps, pas si lointain, où les éditeurs de correcteurs vantaient les performances de leurs outils en matière d’accord du participe passé ou même mettaient en avant leur conjugueur. Cordial a passé cette étape depuis longtemps et aborde depuis trois ans une véritable terra incognita en matière de correction, grâce à un corpus gigantesque de plusieurs millions de fautes (issues des corrections de Wikipédia et de très nombreux sites et blogues). L’analyse attentive de ces millions de fautes nous a permis de tirer plusieurs conclusions :
• Certains étrangers et quelques personnes souffrant de grave dysorthographie constellent leurs écrits de fautes et se rapprochent d’une écriture phonétique mêlée de langage SMS. Mais la plupart des fautes sont des fautes de frappe, des oublis ou des ajouts de lettres, des interversions, des oublis d’accents ou de syllabes, etc.
• Les fautes de style ne sont pas rares, soit par méconnaissance, soit par contamination, l’air du temps apparaissant assez laxiste tant en matière d’orthographe que de style. Les dates, les abréviations et les nombres, sont souvent mal gérés. Dans ces domaines, les correcteurs, et même, dans une moindre mesure, Cordial, font pâle figure.
• Les fautes sur les noms propres sont courantes, qu’il s’agisse de fautes de frappe ou de méconnaissance. Ces fautes représentent 24% des fautes relevées dans Wikipédia et 9% dans les textes issus de blogues ou de commentaires d’actualité. En dehors de Cordial, aucun correcteur ne s’est vraiment attaqué à ces fautes.

Ces trois constats effectués, les objectifs de la nouvelle mouture, Cordial 2012, étaient clairs :
• améliorer la correction, en allant bien au-delà de l’analyse syntaxique, naturellement indispensable, mais qui doit se doubler d’une véritable étude contextuelle, afin de repérer les fautes de frappe et de les corriger au mieux.
• accroître sensiblement le nombre de règles de style afin de corriger un plus grand nombre de ces fautes de style, et du mieux possible
• améliorer et augmenter le dictionnaire de noms propres, écrire de nouveaux algorithmes de gestion des confusions de noms propres en fonction du contexte.

Grâce au travail acharné d’une équipe de dix informaticiens et linguistes, Synapse Développement est fier d’annoncer que sur les 3,6 millions de fautes extraites de Wikipédia, Cordial 2012 corrige 90,6 % de ces fautes, dont 86,8 % des fautes de grammaire.

Mais l’amélioration de la correction se double souvent d’une augmentation simultanée des “faux messages”, c’est-à-dire des alertes inadéquates signalant des fautes là où il n’y en a pas. Les éditeurs de correcteurs préfèrent passer sous silence cette question, même si les utilisateurs en souffrent quotidiennement.

Certes, la correction grammaticale est un domaine très complexe et les constructions possibles de phrases sont infinies. Dès lors, les “faux messages” sont presque inéluctables, sauf à ne corriger qu’une partie réduite des erreurs, les plus simples et les plus certaines. Mais ces “faux messages” sont très pénibles, leur réduction constitue donc pour nous une priorité aussi importante que l’amélioration de la correction. Et Synapse Développement est également fier d’annoncer ici une réduction de 23,4 % des “faux messages”.

Améliorer le correcteur a toujours constitué l’objectif principal mais plus encore depuis un an. Et cette amélioration a également porté sur la rédaction des messages indiquant les erreurs. Certains utilisateurs, signalaient régulièrement le caractère sibyllin de certains messages et la difficulté pour des enfants de comprendre où est précisément l’erreur. Avec une ergonome et des enseignants, l’ensemble des messages a donc été repris, par exemple pour y intégrer les mots de la phrase sur lesquels porte le message d’erreur.

La partie “noble” du correcteur est la correction des fautes de grammaire, de style ou de sémantique. Mais plus de 40% des fautes commises sont des fautes d’orthographe et, si Cordial a toujours eu beaucoup d’avance sur ses concurrents dans ce domaine, la correction orthographique est encore améliorée sensiblement, en particulier pour accroître la part de correction automatique. Car trouver le bon mot face à un mot inconnu, c’est augmenter fortement la probabilité de découvrir d’autres erreurs éventuelles dans la phrase.

Pour les utilisateurs de la version Pro, le vérificateur d’Hunspell (en licence libre) a par ailleurs été intégré, ce qui donne accès dans Word à la correction dans 70 langues supplémentaires (par exemple, le néerlandais, l’italien, le russe, l’arabe… ou l’occitan).

Avec plus d’un million d’entrées, les dictionnaires sont déjà ce qui se fait de mieux en couverture lexicale. Ils ont toutefois été encore enrichis de plusieurs milliers d’entrées (…)

Les intégrations dans les logiciels tiers ont été revues et mises à jour. Certaines ont été entièrement réécrites comme l’intégration dans Firefox 6 et 7 et Thunderbird 7.

Cordial 2012 est naturellement entièrement compatible avec Windows 7 et avec Office 2010, en version 32 bits et en version 64 bits (laquelle est une authentique version 64 bits et non une émulation 32 bits fonctionnant en 64 bits !)

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »